Rien n’égale le goût des tomates fraîches cultivées dans son propre potager. Assez aisée, la culture de la tomate peut être réalisée même par les jardiniers débutants. Cependant, pour avoir de belles tomates et obtenir des rendements plus importants, il ne suffit pas de mettre quelques plants en terre et les arroser. Afin de produire facilement des tomates saines que tout le monde voudra avoir dans son assiette, nous vous révélons dans ce guide complet tous les secrets.

Quand planter des tomates ?

On peut supposer sans risque que deux semaines après le gel constitue une période suffisamment sûre pour garantir qu’il n’y a pas de menace d’un autre gel qui ruinerait tout votre dur travail avec les semis, ou détruirait vos plantes nouvellement achetées. Si par hasard un gel tardif menace une fois que vous les avez en terre, couvrez vos plantes avec un drap ou une toile de jardin quelconque.

Les tomates sont particulièrement sensibles aux gelées, ainsi qu’aux vents violents du printemps. Les tomates se portent également mieux lorsqu’elles sont plantées par temps nuageux ou en fin d’après-midi et en soirée, car cela leur permet de s’installer sans être exposées directement au soleil et à la sécheresse. Elles se remettent ainsi beaucoup plus rapidement du choc de la transplantation.

Protégez vos plantes des intempéries

Si vous souhaitez planter vos tomates plus tôt, pensez à utiliser une protection contre les intempéries. Sachant que les tomates supportent mal le froid, entourez les plants nouvellement plantés d’une sorte d’isolation. Utilisez des isolants en plastique en forme de cône et à double paroi que vous remplirez d’eau. L’eau retient la chaleur du jour et la restitue la nuit pour garder les plantes au chaud. Utilisez-en un autour de chaque plante pendant les premières semaines suivant la plantation. Lorsque le temps se réchauffe, enlevez-les.

Vous pouvez aussi utiliser des tuyaux de drainage en argile coupés en deux dans le sens de la longueur. Placez une moitié de tuyau de drainage contre chaque côté de votre tuteur de et au-dessus de la plante. L’argile absorbe la chaleur du soleil toute la journée et la restitue ensuite pendant la nuit. Les tuyaux de drainage en argile ne protégeront pas les plants de tomates des fortes gelées, mais ils les protégeront des gelées légères et leur donneront un bon départ par temps frais au printemps.

Plantez en profondeur ou à l’horizontale

Bien planter ses tomatesContrairement aux autres légumes de jardin, les plants de tomates sont capables de former des racines tout le long de leur tige. Il vous est donc possible de planter vos plants de tomate très profondément ou horizontalement. La plantation de tomates en profondeur et à l’horizontale permet d’obtenir un système racinaire étendu qui est mieux à même de supporter la sécheresse et d’accéder aux nutriments du sol.

Vous pouvez ainsi soit creuser un trou assez profond pour enterrer la plante jusqu’à la base de la feuille la plus basse, soit creuser une tranchée horizontale et y déposer la tige de la plante sur le côté. Enterrez ensuite la plante, en pliant soigneusement la pointe vers le haut pour qu’elle dépasse de la terre. Sachez que la croissance des racines est synonyme de grandes plantes saines et de beaucoup de tomates.

Que faire avec une plante achetée en pot ?

Si vous avez acheté une plante dans un pot, il vous suffit d’enlever le fond et de planter le pot avec le semis à l’intérieur si le pot est biodégradable. Mais si vous devez enlever le greffon de tomate de son récipient ou de son emballage pour une transplantation, examinez bien les racines. Elles tournent probablement autour de l’intérieur du récipient pour former une masse épaisse et enchevêtrée. Avant de planter, utilisez vos doigts pour déchirer la motte de racines et la détacher. Ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas à être doux dans ce processus. Creusez et séparez les racines.

Lorsque vous plantez, la masse racinaire ne doit pas avoir la forme du récipient. En détachant ou en déchirant les racines avant la plantation, vous encouragez les racines à s’étendre dans le sol existant, plutôt que de continuer à tourner en rond dans la forme du pot. Étalez les racines détachées dans le trou avant de les recouvrir de terre. Pensez à placer une pincée de sel d’Epsom au fond du trou pour rendre les nutriments immédiatement accessibles aux racines et pour aider à compenser le choc de la transplantation.

Où planter ses tomates ?

Sachez que les tomates aiment le soleil. Leurs plants ont besoin d’environ 10 heures de soleil direct par jour pendant l’été et 10 à 14 heures de lumière diffuse par jour sous forme de semis. Si possible, plantez les vôtres en plein soleil, en prévoyant un espace de 70 à 90 cm entre chaque plante, et de 90 cm à 1,5 m entre chaque rang pour assurer une bonne circulation de l’air.

Sachez également que les tomates peuvent facilement être cultivées en pots si vous manquez d’espace pour un véritable jardin. Le fait de planter vos tomates en pots vous permettra de déplacer vos plants en fonction du mouvement du soleil. Veillez toutefois à ce que le cycle de vos sols soit respecté d’une année à l’autre ! Cela contribue à réduire la propagation des maladies et permet également aux sols de se réapprovisionner en nutriments.

Quel type de sol convient aux tomates ?

Les tomates préfèrent un sol légèrement acide avec un pH 6,0 à 6,8. Pour tester vos sols, vous pouvez acheter un simple kit d’analyse des sols. L’ajout de matières organiques telles que le compost ou le sulfate d’aluminium vous permettra de faire baisser le pH. Vous pouvez travailler le sol avant la plantation ou ajouter ces éléments tout au long de la croissance.

L’utilisation d’un engrais est nécessaire si votre sol est pauvre en nutriment étant donné que la tomate est très gourmande. Même avec un sol fertile, un petit ajout lors de la transplantation ne peut pas faire de mal. Remettez de l’engrais lorsque les fruits auront la taille d’une balle de golf, puis toutes les trois semaines. Une cuillère et demie à soupe par plante est tout ce dont vous avez besoin.

Des sols chauds pour un démarrage plus rapide

Belle TomateLe réchauffement du sol avant la plantation améliore la croissance précoce des racines et permet aux plants de mieux démarrer. C’est un secret de la culture de la tomate que beaucoup de jardiniers ne prennent pas toujours en compte. Pour réchauffer le sol avant de planter votre culture de tomates, recouvrez le sol d’une feuille de plastique noir ou d’un paillis noir biodégradable pendant deux semaines.

Le plastique absorbe l’énergie du soleil et réchauffe le sol. Laissez-le en place pendant quelques semaines, puis enlevez-le avant de planter, ou découpez des trous dans la bâche et plantez les tomates dedans. Si vous choisissez cette dernière option, le plastique permet également de lutter contre les mauvaises herbes tout au long de la saison de croissance.

Utilisez des supports

Il est à savoir que les tomates sont des plantes sarmenteuses, ce qui signifie qu’elles s’agrippent à d’autres plantes lors de leur croissance dans la nature. Ainsi, dans votre potager, vous allez devoir utiliser un tuteur. Utilisez ainsi une ficelle pour attacher la tige principale sans pour autant serrer afin de la laisser pousser. L’utilisation d’une cage à tomates reste l’option la plus simple pour le soutien de la plante.

Laissez tout simplement le plant pousser à l’intérieur de la cage et préservez quelques drageons. Ces drageons feront partie du corps principal de la plante et formeront des branches productrices. Quelle que soit la méthode utilisée, pensez à poser les supports au plus tard un mois après la transplantation, car les tomates poussent rapidement et commenceront à produire des drageons non productifs dans ce délai.

Faut-il tailler les plants ?

Beaucoup de jardiniers ne savent pas s’ils doivent ou non tailler leurs plants de tomates. En réalité, peu importe que vous décidiez ou non de le faire. Tant que les plants sont suffisamment soutenus par une cage à tomates, un treillis ou un système de tuteurage et que vous les espacez correctement, c’est l’essentiel.

Néanmoins, si vous aimez les plantes propres et bien rangées, vous pouvez très bien tailler les drageons. Pour ceux qui n’ont rien contre une plante buissonnante et rampante, il n’y a aucun mal à laisser les drageons pousser jusqu’à ce que les tiges soient pleines.

Attention à la pourriture apicale

Parmi les nombreuses maladies touchant la tomate, faites particulièrement attention à la pourriture apicale, une tache noire située à l’extrémité de vos fruits. Cette maladie est essentiellement due à un manque de calcium dans le sol, mais aussi à un excès d’engrais ou à un sol trop acide. Bien que la fertilisation permette aux plantes d’être saines et fortes pour éviter les infections, évitez ainsi de trop fertiliser le sol. Pensez plutôt à vaporiser les plantes avec une solution de calcium.

Le manque d’eau peut également entraîner des problèmes d’utilisation du calcium par la plante. L’eau étant le principal moyen de transport du calcium dans une plante, veillez à maintenir le sol constamment humide. Sans eau le calcium ne peut pas être absorbé par les racines du plant de tomate. Il en résulte une carence en calcium dans la plante, mais pas dans le sol. Dans ce cas, l’ajout de calcium dans le sol n’aide pas vraiment. Un arrosage plus profond une fois par semaine sera bien plus efficace.

On a déjà parlé du paillis plus haut, mais il faut savoir qu’en plus de réchauffer le sol il permet également d’éviter les maladies courantes de la tomate transmises par le sol. Comme les spores de ces agents pathogènes se trouvent dans le sol, le paillis empêche l’eau de pluie de les faire remonter sur le feuillage des plantes. La couche de paillis doit être appliquée avant même d’arroser les plants de tomates nouvellement plantés.

L’interplantation pour lutter contre les parasites

On peut les cueillir n'importe quandL’utilisation d’insecticides est certes efficace, mais dans la mesure du possible, il vaut mieux opter pour une solution plus écologique et plus saine. L’interplantation en est une. Veillez ainsi à planter d’autres plantes avec vos tomates afin d’éviter que les parasites s’attaquent à vos tomates. Les herbes de la famille des carottes, telles que l’aneth, le fenouil et la coriandre font d’excellentes plantes d’accompagnement pour les tomates.

Ces plantes fournissent du nectar aux guêpes parasites qui aident les jardiniers à lutter contre les vers cornus de la tomate. L’alyssum doux est une autre grande fleur à intercaler avec les tomates. Cette fleur fournit du nectar à plusieurs espèces de syrphides et de mouches tachinides qui s’attaquent à des parasites comme les pucerons, les aleurodes, les punaises à pied foliaire et les vers.

Encouragez les bons insectes

Bien que les fleurs de tomate sont autofertiles, elles ont tout de même besoin de vibrations afin de faire tomber le pollen des anthères afin de fertiliser la fleur et de produire une tomate. Le vent peut assurer cette fonction, mais les bourdons s’en sortent beaucoup mieux. Ces insectes effectuent ce que l’on appelle la « pollinisation vibratile ». Cette technique de vibration employée par les bourdons leur permet de recueillir du pollen retenu par les anthères, ce qui permet de rendre la pollinisation plus efficace.

Encouragez les bourdons dans votre jardin de tomates en plantant beaucoup de leurs fleurs préférées. Parmi ces dernières, il y a l’ancolie avec laquelle les bourdons à longue trompe n’ont aucun problème pour récupérer le nectar accumulé au fond des éperons. Les bourdons ont également une préférence particulière pour les fleurs colorées comme les mufliers, les tournesols, mais aussi pour les fleurs simples comme les campanules. On peut aussi citer les myrtilles, les conifères, les lupins ou encore les pissenlits.

Quand peut-on cueillir ses tomates ?

Ce qui est si merveilleux avec les tomates, c’est que vous pouvez les cueillir à n’importe quel stade de leur croissance, qu’elles soient vertes ou non. C’est une excellente pratique lorsque les gelées automnales menacent. Si vous le souhaitez, vous pouvez éviter les fissures ou les meurtrissures en les cueillant tôt et en les laissant mûrir sur votre comptoir. Vous pouvez aussi laisser vos fruits mûrir naturellement, et les cueillir quand ils sont prêts à être dégustés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here