organisation du travail autour d’une ruche

Entre loisir et métier exigeant, l’apiculture suscite de plus en plus la curiosité de nombreuses personnes. Pour une meilleure préservation de l’abeille et une bonne organisation, le recours à une ruche reste une option primordiale.

Solution écologique, cette habitation facilite la cohabitation des abeilles qui s’entraident, quel que soit leur nombre pour un objectif commun : faire survivre la colonie. Afin de mener à bien votre projet d’apiculture, vous devrez mettre en place un système d’organisation adéquat tout en vous appliquant à la tâche. À ce titre, voici quelques conseils à mettre en pratique pour gérer au mieux votre ruche, quel que soit son emplacement.

Pourquoi installer des ruches chez soi ?

Solution d’élevage par excellence des abeilles, la ruche s’installe dans son domicile dans le but de produire et de profiter d’une meilleure qualité de miel.

Si une ruche produit en moyenne 10 à 40 kg de miel par an, il est impossible d’effectuer des récoltes de miel dans la première année. La quantité produite dans cette période représentant la réserve alimentaire des abeilles, vous ne pourrez qu’attendre la fin du mois d’avril ou le début du mois de mai pour les premières récoltes dédiées à vos petits déjeuners.

Installer des ruches à domicile reste également une approche écologique. Dans les jardins, les pesticides constituent des menaces pour les abeilles et représentent une véritable cause de mortalité pour ces dernières. Toutefois, avec votre titre d’apiculteur aguerri, il est facile de mettre en place un jardin bio, symbole d’une flore saine.

Comment bien gérer une ruche ?

Entre la reine, les ouvrières et les faux-bourdons, l’organisation du travail au sein d’une ruche devra prendre en compte les différents types d’individus.

La reine : principal pilier de reproduction des abeilles

Dotée d’un abdomen plus élargi, la reine des abeilles se démarque des autres types d’individus. Unique femelle de la colonie en général, ce type d’abeille est à même de pondre au minimum 2000 œufs par jour. Destinée à rester en permanence dans la ruche en raison de son statut, elle se fait nourrir par des ouvrières qui se chargent également du nettoyage de leurs excréments.

Il est essentiel de préciser que la reine demeure la seule espèce de la famille des abeilles à se nourrir exclusivement de gelée royale, et ce, dès le stade larvaire. C’est ce traitement qui sous-tend en effet sa dénomination « reine » et non la génétique ou encore la généalogique.

travail dans une ruche

Les ouvrières : la catégorie protectrice

Statut des autres femelles de la ruche, les ouvrières garantissent la survie de la colonie à travers deux missions : la conception du miel et l’entretien de la colonie.

Pour mener à bien leur tâche de fabrication du miel, différentes étapes s’imposent :

  • la ventilation ;
  • la fabrication de la cire ;
  • le transfert du nectar ;
  • et le butinage.

Concernant l’entretien de la colonie, les ouvrières se doivent de veiller sur l’ensemble des autres types d’abeilles. Garantes du bon développement des larves, elles se lancent dans une mission de sécurisation de la ruche dès la formation complète du dard des ouvrières.

Les faux-bourdons : les géniteurs aux missions limitées

Dans leurs missions particulièrement limitées, les abeilles mâles sont incapables de produire du miel et d’assurer la sécurité au sein de la ruche puisqu’ils ne piquent guère. Leur rôle s’articule uniquement autour de l’accouplement de la reine.

En hiver, les ouvrières pourraient les éjecter de la ruche, leur entretien nécessitant de gros efforts ainsi qu’une grande quantité de nourriture. La morphologie est le principal facteur qui différencie les faux-bourdons. Plus gros et plus imposants, les yeux des abeilles mâles leur permettent de repérer facilement la reine au cours de ses vols d’accouplement.

Quel est le matériel nécessaire au travail dans une ruche ?

Pour installer une ruche et entretenir ses abeilles, nous vous proposons de découvrir les principaux outils nécessaires.

La tenue idéale pour l’apiculture

Pour s’offrir une protection contre d’éventuelles piqures d’abeilles, l’apiculteur devra miser sur une tenue de travail adéquate. Entre combinaison et vareuse, il serait opportun de privilégier la combinaison intégrale. Gage de protection complète de bas en haut, elle empêche l’infiltration des abeilles sous vos vêtements. Les mains étant plus exposées aux abeilles, recouvrez-les d’une paire de gants.

L’enfumoir

Accessoire indispensable au rucher, l’enfumoir permet de calmer l’agressivité des abeilles. Nécessitant un allumage soigné, l’outil doit émettre une fumée froide et blanche pour un résultat satisfaisant.

Le lève-cadres

Outil de base dans la gestion des abeilles, le lève-cadres aide à soulever les cadres recouverts de propolis dont l’extraction s’avère pénible. Avec son racloir, vous pourrez facilement nettoyer l’intérieur du corps de la ruche.

bien choisir sa ruche

Comment bien choisir sa ruche ?

Structure incontournable dans la production du miel, la ruche se décline en différents modèles. Pour peaufiner votre choix, il est crucial de miser sur quelques critères importants.

Tenir compte du modèle de ruche

Dadant, Warré,  Langstroth… Si les différents modèles de ruches sont variétés, la ruche Dadant reste la plus répandue en France. La ruche Warré quant à elle apparait plus compacte et connait davantage un succès grandissant. Quoi qu’il en soit, il est préconisé de prendre contact avec les apiculteurs locaux notamment si votre région présente un climat particulier (montagne, côte…). Vous pourrez bénéficier de conseils utiles pour un choix adapté à votre climat local.

Très appréciée pour sa capacité de développer la production des abeilles, la ruche Langstroth leur offre un confort exceptionnel. Sa particularité réside dans sa structure démunie de corps. Pour plus de facilité dans la récolte des produits, nous vous conseillons une ruche Langstroth qui propose une taille de hausses assez conséquente.

Prendre en compte le type d’apiculture

Il existe différents types d’apicultures nécessitant chacun une forme de ruche précise.

Une ruche de production ou de biodiversité ?

Certaines ruches comme la ruche de biodiversité sont fabriquées avant tout dans l’optique de participer à la préservation des abeilles dont nombre de personnes sont mises en mal par l’usage de pesticides. Proposant une forme identique à celle des essaims naturels, cette ruche est conçue en paille et reste un choix sans doute écologique.

Si vous désirez consommer votre propre miel, il faudra vous tourner vers une ruche de production apicole.

Ruche artisanale, neuve ou d’occasion ?

Si vous êtes un débutant, nous vous déconseillons les ruches artisanales et d’occasion. Il serait judicieux d’opter pour un modèle neuf. Cependant, veillez à ce que votre choix respecte les normes sanitaires (NF 82101).