Le jardinage est incontestablement l’une des plus grandes passions des Français. D’ailleurs, environ 35% des ménages tricolores disposent d’un coin potager chez eux, pour un espace total cultivé d’un million d’hectares. En outre, comme mode de production, la plupart des jardiniers optent pour la culture indoor.

Mais sa mise en œuvre nécessite l’acquisition de certains accessoires, disponibles dans un growshop. Quels sont-ils ? Quelles en sont les différentes fonctionnalités ? Pourquoi privilégier ce jardinage alternatif ? Focus sur les atouts de la culture indoor et le matériel adéquat pour sa mise en place.

Qu’est-ce que la culture indoor ?

Avant de se lancer dans la culture indoor, il importe de comprendre le concept. En effet, il s’agit du jardinage dans un environnement entièrement fermé. Cette méthode tranche avec celles classiques, dont la nature des rendements est totalement aléatoire.

Elle prône donc la mise en place d’un environnement artificiel, entièrement maitrisé par le producteur. Mais avant de se rendre dans un growshop à Colmar pour se procurer du matériel requis, il importe de s’informer sur les avantages de cette forme de culture.

Atouts de la culture indoor

L’engouement des jardiniers pour la culture indoor n’est pas anodin. En effet, celle-ci offre une parfaite maitrise des paramètres techniques. Qu’il s’agisse du Ph du sol, de son humidité, du taux de CO2, de la quantité de lumière et du vent : tous les facteurs sont pris en compte lors de son expérimentation.

À l’issue de ces études, le cultivateur prend toutes les précautions idoines, afin d’offrir un environnement propice à une éclosion et une maturation irréprochables de ses semences. Par conséquent, cette solution optimise la qualité des productions. Mieux, cette culture alternative est aussi rentable pour le jardinier, puisque ce dernier peut semer toutes les saisons. Ce qui lui permet de réaliser plusieurs récoltes au cours d’une même année.

Ceci étant, de quels accessoires les adeptes de la culture indoor ont-ils besoin pour la réussite de leur projet ?

Culture indoor

Les chambres de culture

Il n’est pas possible de réaliser des indoor gardens sans une chambre de culture. En effet, cet enclos autonome permet de conserver les plants dans les meilleures conditions. Généralement, il s’agit d’une structure en toile, dotée d’une ossature métallique qui s’ouvre à l’aide d’une fermeture éclair.

Par ailleurs, les dimensions d’un tel dispositif varient en fonction du modèle opté. Ainsi, les jardiniers ont le choix entre les enceintes classiques qui offrent une plus grande contenance, les prototypes en dôme, en coin et étagés.

Mais, quelle que soit la variété, la tente de culture offre une excellente étanchéité. Toutefois, les utilisateurs peuvent mieux se renseigner auprès d’un growshop, pour s’assurer de s’offrir un matériel adapté à leur espace et aux espèces végétales à entretenir.

Les substrats hydroponiques

En optant pour la culture indoor, les jardiniers auront l’occasion d’expérimenter l’hydroponie. Cette technique consiste à réaliser des semences sur des substrats neutres, offrant une plus faible densité que le sol naturel.

De ce fait, ils sont peu propices au développement des parasites, évitant l’achat des pesticides aux propriétaires des indoor gardens. Ils offrent également une hygrométrie élevée, un paramètre indispensable pour la bonne croissance des végétaux. Dans cette perspective, il est fortement conseillé d’utiliser des billes d’argile pour sa culture d’intérieur.

Les engrais hydroponiques

Lors de son jardinage à l’interne, le cultivateur peut décider d’utiliser un engrais hydroponique, sans le mélanger à un substrat. Le cas échéant, ce dernier sera certainement satisfait des actions de la perlite sur ses semences. Car, ce matériel contenant entre autres de la magnésie, du potassium et du fer, sert de booster de floraison.

En effet, les différents nutriments dont il dispose et sa forte teneur en eau renforcent la stabilité de la terre. Ils la rendent également très drainante, de sorte à optimiser la germination. Cependant, en plus d’investir dans un engrais de floraison et dans les accessoires précédemment cités, les propriétaires des indoor gardens doivent aussi penser à un diffuseur de lumière.

Les lampes de croissance et de floraison

Les végétaux ont besoin de la lumière du jour pour s’épanouir. Or, étant cultivés dans un milieu totalement fermé, ils sont privés de ce vecteur indispensable pour leur croissance. Comme alternative, le jardinier doit installer un LED horticole dans sa chambre de culture.

Ce matériel émet justement des spectres lumineux, semblables à ceux des rayons solaires. Toutefois, sa durée de fonctionnement diffère selon que les plans sont à la phase de floraison ou de croissance. Dans le premier cas, cette lampe doit être allumée pendant une demi-journée.

Lequel délai peut s’étendre jusqu’à 18 heures, dans le second cas. Toutefois, les growshops en proposent de différentes gammes. Avant de s’en procurer, il faudra alors vérifier si le modèle correspond à son budget et s’il est adapté à la qualité de sa tente de culture.

Les pH mètres

En culture externe, le jardinier peut recourir à quelques astuces pour apprécier la qualité de sa terre. Par contre, en indoor, Celui-ci doit la contrôler grâce à un pH mètre. Mais que signifie concrètement le pH ? En effet, cet indicateur permet d’apprécier le potentiel hydrogène (alcalinité, acidité et neutralité) d’un sol, estimé entre 1 et 14.

Dans le cas d’une hydroponie par exemple, l’idéal est que la valeur soit comprise entre 5 et 6. Ainsi, un tel milieu de culture apportera tous les nutriments nécessaires à une excellente maturation des plants. Raison pour laquelle, les cultivateurs doivent fréquemment s’assurer d’un équilibre parfait du pH des sols de leur indoor gardens, grâce à un testeur.

Les EC mètres

Après s’être assuré que le sol de sa culture indoor dispose d’un pH équilibré, le cultivateur doit également vérifier si le substrat contient un taux de sel approprié. Car, ce critère permet aussi d’affirmer si les plants sont convenablement nourris ou pas.  À cet effet, il importe de se procurer un EC mètre.

Cet appareil servira alors à renseigner son utilisateur sur l’électro-conductivité de la matière nutritive. Ce même instrument peut également permettre de tester le taux d’humidité du milieu de culture. À l’aide de cet accessoire, l’utilisateur pourra donc fertiliser son sol de façon plus précise, pour un accroissement de ses rendements.