S’il y a bien un fruit qui fait l’unanimité des papilles, c’est sans conteste la tomate. Le jardinier amateur, autant que le professionnel chevronné, fait de ce légume-fruit un incontournable du potager.

Un fruit aux multiples facettes

Il en existe principalement 2 espèces :

  • Lycopersicon esculentum : celle qui est la plus consommée à table
  • Lycopersicon pimpinellifolium : celle qui donne une touche originale aux plantes d’intérieur.

C'est un légume-fruitC’est une plante qui mesure entre 40 cm et 2 m de hauteur. On en compte au moins 1500 variétés réparties dans le monde et l’homme en a planté depuis le milieu du Moyen Age.

Fruit ou légume? La tomate est une plante annuelle odorante dont les feuilles sont recouvertes de poils glanduleux. Elle est réputée être une plante répulsive pour les moustiques. On peut la cultiver aussi bien en plein air ou en pot que sous serre. Une large variété vous permet de choisir celle qui répond le mieux à vos préférences en termes de forme, de gabarit et de couleurs.

La préparation de la plantation

Ce légume-fruit affectionne le sol humifère pas trop humide. Il est particulièrement sensible à une trop grande présence d’azote car cela a une répercussion négative sur la saveur des fruits autant que sur la productivité de la plante.

Il faut pourtant savoir que mis à part les sols trop argileux, tous les sols lui conviennent dès le moment où ils sont légers.

Pour avoir une production satisfaisante, amendez le sol en fumier et en compost. Vous pouvez ajouter du sang desséché et de la corne broyée pour l’enrichir. Vous ferez le semis de février à avril en arrosant souvent.

Quand les plants présentent 5 à 7 feuilles, procédez au repiquage. Ayez soin d’espacer les pieds de 60 cm sur des rangs espacés quant à eux de 80 cm. Placez le plant dans un trou où vous aurez déposé deux poignées de terreau. Plantez-le à 3 cm du tuteur et tassez bien autour du pied. Arrosez abondamment.

Veillez à ce que le trou ait entre 20 à 30 cm de diamètre et de profondeur. Vous réussirez votre culture de tomate en apportant de temps à autre de solutions à base de purins dilués.

Ce à quoi il faut faire très attention

Si vous cultivez en ligne dans un potager, ne dépassez pas 5 pieds pour 2m². Evitez de ce fait de trop serrer les plants car c’est un végétal qui a besoin d’espace pour bien produire. Veillez à les planter en quinconce. Si vous cultivez en pot, il faut un seul plant par contenant.

Bien planter tomateLa tomate a besoin d’un tuteur car son système racinaire est superficiel si bien que la plante est  plutôt fragile face au vent. Vous aurez intérêt à planter le plus profondément possible car dès qu’ils sont en contact avec la terre, les poils blancs présents sur les tiges se transforment en racines qui alimentent le plant.

Durant la croissance du légume-fruit, il faut procéder à un épamprage. C’est une opération à répéter plus d’une fois. Elle consiste à supprimer les gourmands car ceux-ci poussent au détriment des fruits. Pour ce faire, il faut délicatement retirer ces gourmands à la main tout en évitant de déchirer la tige. Il ne faut alors ne laisser que quelques bouquets sur un pied.

La tomate est frileuse et ne supporte pas les températures basses. Il peut arriver qu’il faille la protéger sous des châssis, des minitunnels en plastique ou sous un dispositif qu’on appelle cloche.

Vous devez surtout faire attention à ce que le feuillage reste sec après arrosage. Il s’agit ainsi d’arroser les pieds et non toute la plante.

Les associations de culture

Pour éviter les maladies et les parasites qui attaquent la tomate, il faut procéder à des rotations de cultures et ne pas la répéter deux fois de suite sur une même parcelle. Le mildiou est un ennemi particulièrement redoutable. Et il faut avouer que la tomate qui pourrit sur pied est loin d’être agréable aussi.

Cultiver des fleurs est en général une bonne technique pour attirer les insectes pollinisateurs. Certaines plantes ont l’avantage de faire fuir les nématodes. Aussi, est-il recommandé d’associer la culture avec d’autres végétaux tels que le poireau, l’ail, la carotte, le basilic, le chou ou le navet.

Par contre, il faut absolument éviter d’associer sa culture avec la betterave, la fraise, le concombre ou la courgette.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here