Les différents types de semences

Les semences font partie des intrants essentiels dans l’agriculture. Aussi bien préparé soit le terrain, l’agriculteur ne peut espérer une belle récolte en mettant sous terre des semences de mauvaise qualité.

Le choix de semences est donc primordial, voire capitale dès qu’il s’agit de production agricole. Nous allons voir dans cet article la définition de la semence, les différentes variétés de semences et tout ce qu’il y a à savoir sur les semences.

Connaitre les semences vous permettra de mieux choisir les variétés et comment bien choisir. En effet, toutes les semences ne sont pas identiques et la qualité des semences variera d’un fournisseur à un autre. Achetez vos semences agricoles sur Farmi, après avoir acquis un peu de connaissances utiles sur les semences.

Qu’est-ce qu’une semence ? Définition

La semence végétale est par définition un matériel végétal, qui comme son nom l’indique, est prévu pour être mis sous terre ou pour être semé. La forme de la semence peut varier d’une plante à l’autre. Ainsi, une semence peut être une graine (le maïs, le riz, le mil, l’avoine…), un rhizome (le gingembre, le curcuma…), un tubercule (la patate douce, les pommes de terre, le souchet…), un bulbe (l’ail) ou une bouture (le manioc).

Il s’agit d’un organe végétal qui est susceptible de reproduire plus ou moins à l’identique le végétal dont il est issu. La semence englobe et désigne tous les types de végétaux que ce soit des arbustes, des arbres fruitiers, des plantes potagères ou des plantes maraichères. Dans le monde agricole, la semence est considérée comme un intrant.

Qu’est-ce qu’une semence

Comment les semences sont-elles produites ?

Au tout début de l’histoire de l’agriculture, les semences ont été produites en mettant de côté une partie de la production pour les semer de nouveau à la prochaine saison de culture. Des siècles avant notre ère, les semences ont été choisies selon des critères esthétiques (appétence de la graine, beauté) ou selon des critères plus techniques (grosseur de la graine, résistance).

De manière générale, parmi la production de la saison, une sélection est faite sur les graines qui semblent être en bien conçues, belles et résistantes. Elles sont ensuite gardées et conservées dans un endroit sur jusqu’à la prochaine saison de semis.

Avec la migration des populations et les échanges commerciaux entre les différents pays, les semences ont donc traversé de nombreuses terres et des océans et ont fini par s’acclimater à l’environnement où elles ont été conduites. Le mélange avec certaines plantes a donné vie aux variétés de semences.

De nos jours, la grande majorité des semences est produite par des semenciers. Ces derniers sont des entreprises ou des sociétés de production spécialisées dans la production de semence à grande échelle. Les semences sont produites, sélectionnées, calibrées, traitées, emballées, puis mises sur le marché.

Il s’agit d’un marché règlementé en France et en Europe. Certains petits agriculteurs ou particuliers continuent à faire à l’ancienne pour produire leur semence : ils réservent une partie de la récolte pour la prochaine semence. D’autres font désormais entièrement confiance aux variétés étudiées et produites par les semenciers.

Vous aimerez aussi :  CannaBiDiol : les produits à base de CBD très demandés

Les différentes catégories de semences

Selon sa production et sa récolte, la semence peut être groupée en deux catégories :

La semence paysanne

Elle est produite par les organisations qui sont engagées dans la protection de l’environnement. La semence paysanne est parfois appelée semence ancienne ou semence de pays, car elle privilégie beaucoup les variétés anciennes.

Les semences issues des semences anciennes sont destinées à la culture vivrière. La production ainsi que la récolte issue des semences anciennes sont destinées à la consommation interne et ne peuvent être exportées ou encore utilisées dans l’industrie agroalimentaire.

Le principal avantage de la semence paysanne se trouve dans son impact favorable pour la biodiversité. En effet, les semences paysannes évitent d’épuiser le sol cultivé et puisqu’elles privilégient les techniques traditionnelles de culture, ces semences peuvent être semées d’année en année.

La semence fermière

La semence fermière

Cette semence est issue de la récolte d’un agriculteur qui a mis en semis des semences certifiées par un semencier. La semence fermière présente des évolutions au fur et à mesure qu’on la sème à travers les différentes campagnes d’année en année. Les caractéristiques initiales de la semence d’origine, même certifiée, changent au fil du temps.

Outre ces deux différents types de semences, il existe également des semences qui ont fait l’objet d’études particulières et ont été modulées. Il s’agit entre autres des :

Les semences agricoles améliorées

Il s’agit de semences qui ont été triées et dont la pollinisation a été contrôlée par l’homme afin de produire des semences aux caractéristiques supérieures à la semence d’origine. Il s’agit donc d’une variété améliorée qui présente des caractéristiques plus performantes que la variété dont elle est issue.

De manière générale, cette performance se retrouve dans une plus grande adaptabilité de la semence à différents types de région et aussi dans la croissance rapide ou encore dans une récolte plus élevée.

Les semences agricoles hybrides

Ces semences sont produites en croisant deux ou plusieurs variétés pures. À l’instar des semences agricoles améliorées, la performance de ces dernières se focalise en particulier sur une croissance rapide et sur une meilleure résistance face aux maladies et une meilleure acclimatation à différentes régions.

Par ailleurs, les fruits issus de ces semences sont généralement d’une plus belle qualité. Les semences agricoles hybrides résistent donc mieux aux différents climats, aux parasites et aux maladies. Elles offrent aussi des fruits quoi sont non seulement plus nombreux, mais qui présentent également des fruits de plus gros calibre.

bien choisir ses semences

Comment bien choisir ses semences ?

Il existe des critères de qualité qui vous serviront de base pour bien choisir vos semences. Ces critères sont déjà définis par la règlementation. Il s’agit ainsi de :

  • L’état sanitaire de la semence: une semence de qualité doit être une semence traitée qui ne risque pas de succomber aux maladies les communes. De ce fait, la semence doit avoir été traitée contre les maladies transmissibles et son état sanitaire doit être certifié.
  • La pureté de la semence: la semence doit être aussi spécifique que possible et pure. En d’autres termes, la variété de la semence ne doit pas trop comporter d’autres plantes différentes de son espèce. Les adventices doivent être au maximum écartées. La pureté est exprimée en pourcentage. À titre d’exemple, une semence de soja est dite pure si dans le lot de semences, il y a au minimum 98 % de semence de soja. Le taux de pureté varie d’une semence à une autre. Pour certaines semences, ce taux peut aller jusqu’à 99 %.
  • La pureté de la variété: Si la pureté de la semence fait référence au pourcentage de semences spécifique, la pureté variétale se concentre sur le pourcentage de la même variété incluse dans un lot de semence. De manière générale, ce critère doit se rapprocher autant que possible des 100 %. En prenant toujours l’exemple du soja, la pureté doit être située entre 95 à 97 % de la semence.
  • La faculté germinative de la semence: comme son nom l’indique, il s’agit de la capacité de la semence à être semé et à se reproduire plus facilement. La viabilité des semences doit être élevée. Ce critère est souvent exprimé en nombre de jours et en pourcentage. À titre d’exemple, une semence de maïs est jugée viable si plus de 90 % du lot de semence germe deux semaines après le semis.
Vous aimerez aussi :  Quelle distance respecter entre les arbres fruitiers ?

Ce sera donc en fonction de ces critères que vous allez choisir vos semences agricoles. Même en étant certifiée, la qualité des semences restera toujours différente d’un semencier ou d’un fournisseur à un autre. Prenez soin de bien choisir et de vérifier les semences que vous allez acheter pour la réussite de votre culture.

Que dit la règlementation sur les semences?

Comme vous avez pu le constater à travers cet article, la question de semences qui reste une question capitale est strictement règlementée. Et c’est tout à fait compréhensible puisque l’avenir et le développement de l’agriculture sont mis en jeu.

Aussi, la production ainsi que la commercialisation des semences sont drastiquement règlementées en France et aussi en Europe. L’agriculteur et le consommateur final sont ainsi protégés grâce à une règlementation. Le consommateur est protégé par l’assurance d’une semence de qualité, tandis que les professionnels sont à l’abri de la concurrence déloyale.

Cette règlementation est en vigueur dans les pays de l’Union Européenne. Un catalogue qui répertorie les différentes variétés protégées par la règlementation existe ainsi. Ce catalogue regroupe environ 30 000 variétés. La règlementation se concentre notamment sur le contrôle des semences, leur certification et leur mise en marché.

Chaque pays dispose de l’organe qui est désigné à implémenter et suivre l’application de cette règlementation. Pour certaines semences comme les oléagineuses, le distributeur de semences devrait disposer d’un agrément pour être considéré comme étant en règle. Cependant, le commerce de toutes les semences ne requiert pas forcément un agrément.