Tout ce qu'il faut savoir pour créer son propre potager

Divers éléments doivent être pris en compte pour créer son propre potager. Ce sont le choix du terrain à cultiver, la variété de légumes adaptés ou encore la saison propice pour obtenir un bon rendement. Il est normal de se poser toutes ces questions, en tant que jardinier débutant. Dans ce guide, vous allez trouver des conseils de base pour démarrer une culture potagère productive.

Quels sont les différents types de potagers ?

Les jardins potagers se déclinent en plusieurs types se distinguant par leur forme, la disposition des légumes et le style. Choisissez le vôtre selon le terrain disponible, la praticité, et votre goût.

Voici les styles de jardins potagers prisés des jardiniers :

  • Le potager traditionnel : ce jardin potager adopte un style basique et simple. C’est un terrain rectangulaire composé de sillons et d’allées pratiques pour faciliter les déplacements. Une longueur correspond à un semis. Les légumes sont disposés en rang. Vous pouvez en cultiver une variété et faire une rotation de culture tous les ans.
  • Le potager en carré : il est composé de plusieurs petites structures carrées en bois, en PVC ou en métalinstallées sur le sol. Elles mesurent entre 40 cm à 60 cm de hauteur et 120 cm à 150 cm de côté. Une case correspond à un légume. L’intérêt de cette disposition réside dans la possibilité de diversifier la culture sans engager un grand espace.
  • Le potager vertical : ce style de potager est le choix des jardiniers recherchant avant tout la praticité. La culture est située en hauteur. C’est pratique pour éviter les douleurs dorsales. Cette disposition convient aux tomates, aux ignames de Chine ou encore aux haricots à rame, étant donné leur caractère grimpant. Ils sont soutenus par des structures métalliques en grille et en pyramide.
  • Le potager surélevé : ce style est une version maxi du potager en carré. Les cultures sont accueillies dans une sorte de bac ayant une hauteur allant jusqu’à 90 cm. Cela permet de cultiver une quantité et une variété plus importante de plantes, notamment les légumes racines. Cette conception réduit les efforts physiques, puisqu’elle vous évite de vous baisser pour planter et récolter.
  • Le potager en balcon : ce type de potager convient pour les personnes logées dans des appartements. L’idée est de concevoir une structure en bois ou en métal en forme d’étagère pour soutenir des pots. Ces derniers intègrent un voile en polyéthylène servant à limiter les ruissellements.
  • Le potager en lasagnes ou en bac : ce type de potager est l’un des plus polyvalents en raison de son adaptation avec tous les terrains. Nul besoin de disposer d’une terre riche dans son jardin pour démarrer une culture. De grands bacs en bois ou en toile installés à la surface du sol accueillent les semis et les plantations. Cette disposition permet d’économiser de l’eau.

Quel terrain choisir pour créer son propre potager ?

L’emplacement

Un endroit est compatible à la création d’un potager s’il est exposé en partie ou entièrement à la lumière du soleil. Il est nécessaire que les plantes bénéficient d’une exposition ensoleillée pendant au moins 5 h par jour.

Tout ce qu'il faut savoir pour créer son propre potager

Pour le côté pratique, veillez à ce qu’il y ait des allées. Ces dernières facilitent le déplacement entre deux rangs. Il est intéressant de concevoir de grandes allées pour un potager aux dimensions importantes afin de circuler une brouette. Un abri de jardin est nécessaire pour les légumes qui préfèrent l’ombre, notamment les épinards, les carottes et les radis. Attention, cela ne signifie pas que vous devez troquer la lumière naturelle à l’obscurité. Un coin partiellement ou entièrement ombragé leur suffit.

Les dimensions

Le choix sur les dimensions du potager vous revient. Il est conseillé de les définir selon vos besoins, votre expérience en culture potagère, et votre disponibilité. Par exemple, un petit potager convient aux jardiniers débutants. Les travaux relatifs à sa mise en place et à son entretien n’engagent pas beaucoup de temps. Vous pouvez l’agrandir lorsque vous allez vous sentir capable de prendre en charge une surface conséquente. Un petit potager ne dépasse pas les 30 m². Cela correspond à environ 3 h de travail par semaine : repiquer, semer, arroser, récolter ou encore désherber. Dans cette situation, il est recommandé de s’en tenir à une quantité limitée de légumes. Un potager de taille standard mesure jusqu’à 50 m². Il s’adresse aux personnes familiarisées avec le jardinage. Cette surface est adaptée à une récolte pour quatre personnes. Elle demande environ 6 h de travail par semaine, et un peu plus de travail. Un grand potager, quant à lui, est pour les jardiniers aguerris. Imposant, il mesure entre 300 m² jusqu’à 600 m². Il convient à une culture nourricière, puisqu’il permet de cultiver une variété de légumes, peu importe la saison. Une surface de cette envergure demande un travail quotidien et beaucoup d’efforts, tous les jours. Il peut être intéressant d’investir dans du matériel motorisé pour vous faciliter des tâches.

Vous aimerez aussi :  Que faut-il prendre en compte lorsqu'on partage un potager ?

La terre

La terre est un élément prépondérant dans la création d’un jardin potager. Elle doit être mélangée avec du terreau, du compost et du fumier pour fournir aux végétaux les éléments dont ils ont besoin pour croître.

Voici les types de sols adaptés à une culture potagère :

  • Sol argileux : il se distingue des autres par son caractère qui craque en période de sécheresse. Il est nécessaire de l’alléger avec du basalte pour qu’il favorise un bon rendement. A noter qu’il ne convient pas aux légumes racines.
  • Sol calcaire : il n’est adapté qu’à une sélection de légumes, malgré sa richesse et sa fertilité. Bannissez la culture de la carotte ou encore des tomates, sur ce type de sol.
  • Sol sablonneux/limoneux : ce type de sol est favorable pour la culture de légumes racines comme les pommes de terre. Il demande peu d’effort, et il conserve l’humidité.
  • Sol acide : les plantes potagères apprécient ce type de sol, à condition qu’il ne soit pas trop acide. Il est préférable de rééquilibrer le PH de la terre en la corrigeant, dans ce cas.

Comment préparer un terrain destiné à accueillir un potager ?

Pour le cas des potagers en carré et sur élevés

La préparation requise dépend de la culture. Pour un potager en pot, il va falloir mélanger de la terre et du terreau. Privilégiez les terreaux de qualité, réputés pour leur richesse en engrais et en matières nutritives. N’hésitez pas à vous renseigner quant à la capacité du terreau à retenir l’eau. Important, cela vous évite les arrosages fréquents. Pour un potager en carré ou surélevé, il faut miser sur l’ajout d’engrais, puisqu’il est impossible aux plantes de puiser dans le sol. Ce conseil reste valable pour toutes cultures effectuées hors sol, notamment les potagers en bac, verticaux et en balcon.

Désherber : une étape incontournable pour les potagers classiques

Pour le cas d’un potager traditionnel, il est important de désherber le terrain avant de démarrer la culture. Deux options sont envisageables selon la saison :

  • Au printemps : privilégiez un désherbage à la houe pour préparer le terrain. Munissez-vous de cet outil pour retirer les mauvaises herbes, la pelouse et les racines. Il est conseillé de décaper entre 4 cm à 6 cm du sol pour s’assurer que ces dernières ont toutes été éradiquées.
  • En automne : le désherbage reste une préparation incontournable, même en automne. Cette fois-ci, vous allez appliquer la technique par occultation. Elle est plus facile, par rapport à la méthode précédente, mais elle engage davantage de temps. Eparpillez une couche de paille d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur sur la zone à cultiver, des mois à l’avance. Cela va tuer les herbes et décomposer leurs racines.

Rendre le sol meuble : pour créer de bonnes conditions aux plantes potagères

La prochaine étape consiste à ameublir le sol, une fois le terrain bien exempt de végétaux. Cette opération est prépondérante, pour la réussite d’une culture potagère. Les racines d’une plante potagère ont besoin decroître sans contrainte dans un sol. Elles éprouvent de la difficulté à puiser l’eau et les éléments nutritifs, si elles sont privées de cette opportunité. Résultats, les légumes ne poussent pas bien et les graines ne se lèvent pas.

Vous aimerez aussi :  Comment envisager son potager d'appartement ?

Pour ameublir un sol, voici les travaux à suivre :

  • Enfoncez verticalement une bêche dans la terre en l’appuyant avec votre pied ;
  • Soulevez l’outil avant de le retourner pour que la motte se trouve dans le sens inverse ;
  • Ecrasez la motte avec la bêche ;
  • Répétez la même opération pour toutes les parcelles de la surface à cultiver.

Tout ce qu'il faut savoir pour créer son propre potager

Quel est le moment opportun pour démarrer un potager ?

Quasiment toutes les saisons sont adaptées pour démarrer un potager, mais le printemps reste le moment opportun pour une culture dans de conditions favorables. Il correspond à la période propice pour la plantation de nombreux fruits et légumes. Vous récoltez en été, en commençant une culture en Printemps. Attention, il est important de toujours se référer au calendrier des semis pour créer son propre potager. Ce guide renseigne sur les périodes de plantation et de récolte adaptées selon le légume. Dans ce tableau, vous allez trouver des exemples de plantes potagères, leurs périodes de semis et de récoltes.

LégumePériode de semisPériode de récolte
EpinardMars à octobreMai à décembre
ConcombreMars à juinJuillet à octobre
LaitueJanvier à aoûtJuin à novembre
CarotteJanvier à juilletJuillet à octobre
OignonJanvier à avrilMai à août
NavetFévrier à septembreMai à décembre
RadisJanvier à septembreMars à novembre
PoivronMars à avrilJuillet à octobre
PotironMars à maiSeptembre à décembre
TomateFévrier à avrilJuillet à octobre
PimentFévrier à avrilJuillet à octobre
OseilleMars à aoûtMai à décembre
FèveFévrier à marsAvril à septembre
FenouilMars à juilletAoût à décembre
Petits poisFévrier à avrilMai à juillet
CourgetteMars à maiJuillet à octobre
LaitueJanvier à aoûtJuin à novembre

 

Quels légumes choisir pour son potager ?

Votre jardin potager est enfin prêt ! Vous avez désherbé le terrain avant d’ameublir le sol. Aussi, vous avez ajouté des terreaux et des produits nutritifs pour créer de conditions favorables à la croissance des plantes. Vient l’une des parties les plus agréables de la mise en place d’une culture potagère : le choix des légumes. Il est recommandéd’investir dans des plantes faciles à cultiver, pour commencer. Il est préférable de débuter par une quantité limitée de légumes pour vous familiariser avec le travail et les entretiens, notamment :

  • La laitue : ce légume feuille figure parmi les plantes potagères faciles à cultiver. Il suffit de lui dédier un emplacement à mi-ombre et de l’arroser tous les jours, pour obtenir un bon rendement. Veillez à le protéger des limaces.
  • La tomate : c’est l’un des fruits incontournables d’une culture potagère. La tomate est non seulement facile à cultiver, mais aussi simple à entretenir. L’essentiel est de se référer à son calendrier de semis, et de respecter une distance d’une cinquantaine de centimètres entre chaque plant.
  • La courgette : les jardiniers l’adorent pour le peu de travail qu’elle demande. Ajoutez des paillis à son pied pour l’aider à conserver l’humidité essentielle pour son hydratation. Un arrosage est la condition importante pour assurer une bonne récolte.
  • La carotte : privilégiez les carottes demi-longues et longues pour leur côté facile à cultiver. Elles s’adaptent avec les sols sablonneux, les emplacements ensoleillés, et les terres fraîches. Elles requièrent un arrosage régulier durant les périodes sèches. Veillez à les protéger des mouches de carotte.
  • Le radis : ce légume est prisé des jardiniers débutants grâce à la rapidité des résultats. Un mois sépare la plantation de la récolte. Simple à entretenir, il ne nécessite qu’un arrosage régulier. Assurez-vous de consacrer une distance d’au moins 50 cm entre chaque plant.

Le haricot vert : nul besoin de déployer beaucoup d’énergie pour cultiver et entretenir des haricots verts. Dédiez-leur une terre composée de terreaux et un emplacement à l’abri du froid. Les basses températures font partie de leurs ennemis. Une astuce consiste à opter pour les plantes grimpantes, pour économiser de l’espace.